31 octobre 2005

Chez Antonio Monty

Isabella se jeta à l'eau la première, encouragée par une lettre qu'elle avait reçue de son fils, Antonio, et qu'elle n'avait pas vu depuis longtemps. Celui-ci était parti loin de Véronaville et de sa famille après le décès de sa femme. Il ne supportait plus les incessantes querelles entre Capp et Monty qui étaient à l'origine de  son chagrin. Il ne s'était même pas déplacé pour l'enterrement de Patrizio. Il lui en voulait trop d'avoir continué à se battre alors qu'il avait perdu des membres de sa famille dans cette guerre futile. Mais il avait finalement décidé de revenir après toutes ces années. Et il invitait sa mère afin de lui faire visiter sa nouvelle maison. Isabella se faisait une joie de revoir les enfants d'Antonio. La seule chose qu'elle appréhendait vraiment, c'était la question de son remariage et de l'adoption. Elle lui avait envoyé une centaine de lettres pour le prévenir, avoir de ses nouvelles, mais il n'avait jamais répondu. Cependant, s’il avait pris la peine de l'inviter, il était sûrement dans de bonnes dispositions.
Lorsqu'elle arriva à l'adresse indiquée par son fils, ce n'est pas sans hésitation qu'elle avança jusqu'à la porte d'entrée et actionna la sonnette.

snapshot_2da007fc_d00f86a2

Elle entendit très vite des bruits de pas et la porte s'ouvrit.
- Mamie !
Son petit-fils Bénédict se jeta avec une telle force dans les bras de la vieille femme qu'elle faillit tomber.
- Doucement mon garçon, lui dit-elle.
Elle le posa par terre et le regarda.  Ce qu'il pouvait avoir grandi depuis la dernière fois !
- Papa, Mamie est arrivée ! Dis Mamie, c’est vrai que…
- Laisse la tranquille s’il te plait. Va dans ta chambre. Ta mamie et moi avons à parler.
- Bonjour Antonio. Si tu savais comme je suis contente de te voir.
- Bonjour Maman. Alors comment va ton nouveau mari ?
- Je m’en doutais. Tu m’en veux c’est ça ? Ecoutes, ce qui c’est passé est indépendant de ma volonté. On est tombé amoureux et puis c’est tout.
- Je ne sais pas ce qui est le pire. Que tu trompes Papa avec son pire ennemi ou que tu adoptes un enfant sans même demander à ta famille.
- Je n’ai aucun compte à vous rendre. Et puis que je sache, tu n’as jamais répondu à mes lettres !
- Dis-moi, tu fais ça pour l’argent ?
- Comment oses-tu dire cela ? Tu sais très bien que je l’argent ne m’intéresse pas.

snapshot_2da007fc_d00f8f2f

La conversation aurait pu se transformer en véritable dispute si Béatrice, la jumelle de Benedict n'était pas venue, prévenue par son frère de la visite d'Isabella, et n'avait pas surpris leur conversation.
- Papa, pourquoi t'es méchant avec Mamie ?
- Tu trouves que je suis méchant ?
- Ben oui. Moi ma maman si je la revoyais, je la serrerais dans mes bras et je lui ferais plein de bisous. Mais toi, tu lui cries dessus.
- Ecoutes, Béatrice, va jouer avec ton frère. S'il te plaît.
Mais la petite file avait touché une corde sensible. Même si Antonio s'était promis de ne rien reproché à sa mère, la première chose qu'il avait faîte en la voyant était de lui crier qu'elle l'avait trahi. On avait vu mieux comme retrouvailles. Il essaya tant bien que mal de réparer les dégâts en s'excusant de son attitude, invoquant la mort de sa femme. Par chance, Isabella n'était pas rancunière, surtout s'il s'agissait de ses enfants et puis elle comprenait qu'il ne soit pas totalement d'accord avec son remariage. Après tout, n'avait-elle pas épousé l'homme qu'il détestait le plus ? La conversation pris alors un ton beaucoup plus léger, même si une certaine tension flottait encore dans l'air.
Antonio était en train de raconter à sa mère ce qu'il avait fait depuis son départ quand quelqu'un sonna à la porte.

snapshot_2da007fc_700f943e

C'était Jonathan, le fiancé de la fille d'Isabella, Bianca, qui habitait juste à côté. Antonio avait complètement oublié qu'il l'avait invité à déjeuner. Lorsque qu'ils s'étaient rencontrés pour la première fois, les deux hommes s'étaient immédiatement entendu et étaient devenus très vite de bons amis. Alors, comme Bianca était souvent absente à cause de son travail, Jonathan venait souvent rendre des petites visites à Antonio et passait souvent l'heure du déjeuner avec son futur beau-frère.
Quand elle vit son fils accompagné de ce jeune homme qu'elle ne connaissait pas à cause d'une dispute entre Bianca et sa famille, elle crut d'abord que c'était un collègue de travail de son fils.
Mais quand il lui présenta, elle eut un choc. Sa fille s'était fiancée et elle ne l'avait même pas avertie.  Antonio fut un peu déboussolé par cette situation. Il savait que Bianca était en froid avec Isabella et Patrizio mais pas au point de ne plus leur donner de nouvelles. Il invita donc aussi Isabella à déjeuner afin qu'elle fasse connaissance avec son gendre.

snapshot_2da007fc_7011283b

Jonathan donna des nouvelles de Bianca à Isabella. Le fils de cette dernière venait juste de rentrer à l'école et tout se passait le mieux du monde. Bianca grimpait à toute vitesse les échelons de la police. La vieille femme fut rassurée. Au moins, sa fille ne manquait de rien et vivait avec un homme très bien. Elle eut cependant un pincement au coeur quand il lui parla de son petit-fils qu'elle n'avait jamais vu. Elle aurait tellement voulu le serrer dans ses bras et voir à quoi il ressemblait. Elle aurait aussi voulu pouvoir dire à sa fille combien elle était désolée de ce qui s'était passé et combien elle regrettait. Elle fit part de son souhait à Jonathan une fois les enfants sortis de table et plongés dans leur jeu vidéo préféré.
- Vous savez, je suis sûr qu'elle serait aussi très heureuse de vous revoir et de vous présenter Dan. Je crois qu'elle en veut surtout à son père. Mais je crois qu'elle a peur de reprendre contact et qu'elle ne sait pas trop comment s'y prendre, lui répondit-il. Je crois que vous devriez faire le premier pas. Ca l'aiderait beaucoup.

snapshot_2da007fc_b01129b2

Puis ce fut l'heure de se séparer. Isabella avait passé une merveilleuse journée en compagnie de son fils et de Jonathan. Elle repartit sereine, contente de savoir qu'elle allait peut être bientôt renouer des liens avec sa fille. Mais elle était aussi heureuse d'avoir revu Béatrice,  Bénédict et surtout Antonio. De plus, il avait accepté avec joie l'invitation au ranch. Tout allait pour le mieux mais elle savait que lorsque qu'on s'attaquerait à l'autre branche de la famille, la tâche s'avèrerait beaucoup plus ardue. Mais qu'importe, ce n'était pas son problème si les Capp refusaient d'enterrer la hache de guerre du moment que Consort était avec elle. Leur bonheur ne dépendait pas d'eux. Mais elle savait que cela serait dur pour son mari s’il n'avait plus l'occasion de voir ses petits enfants grandir.

Posté par missing à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chez Antonio Monty

Nouveau commentaire